Le modèle de soins ‘Suivi d’un patient diabétique de type 2'

Un modèle de soins (‘suivi/pré trajet’) a pour but de mieux encadrer les patients diabétiques de type 2 qui ne suivent ni un trajet de soins, ni un programme mis en place par  un  « Centre spécialisé conventionné pour l’autogestion du diabète (convention « autogestion du diabète » conclue avec les hôpitaux) ».


Quel est le but du modèle de soins ‘Suivi d’un patient diabétique de type 2' ?

À partir du 1er février 2016, le libellé de la prestation 102852 (passeport diabète) est adapté.

Cette adaptation introduit un modèle de soins qui a pour but de mieux encadrer tous les patients atteints d’un diabète de type 2 qui ne suivent ni un trajet de soins, ni un programme mis en place  par un « Centre spécialisé conventionné pour l’autogestion du diabète (convention « autogestion du diabète » conclue avec les hôpitaux) ».

Qui peut demander ce modèle de soins ‘Suivi’ ?

Le médecin généraliste peut utiliser le numéro de nomenclature 102852 s’il gère le DMG du patient ou s’il fait partie d’un regroupement de médecine générale dont un médecin gère ce DMG.

Que doit faire le médecin généraliste ?

Le médecin généraliste (ou le groupement enregistré en médecine générale) doit :

  • identifier et enregistrer les patients concernés dans la pratique
  • enregistrer leurs données cliniques et biologiques dans le dossier leur DMG, comme décrit dans le protocole de soins
  • leur offrir des soins adéquats basés sur les recommandations de bonne pratique evidence based (EBM)
  • examiner avec ces patients les objectifs individuels, et les noter dans leur DMG.

Quelles données doit enregistrer le médecin généraliste ?

Le médecin généraliste (ou le groupement en médecine générale) doit enregistrer toutes les données du protocole de soins dans le dossier médical global (DMG) du patient.

Quelles données doit transmettre le médecin généraliste ?

Au cours d’une 1re phase qui débutera dans le courant de 2017, le médecin généraliste (ou le groupement) devra transmettre un ensemble restreint de données du protocole de soins via la plate-forme Healthdata. Il s’agira des données qu’il peut enregistrer de manière structurée dans le dossier médical informatisé (DMI) : date du démarrage du pré-trajet, taille, poids, tension artérielle systolique et diastolique, HbA1c, LDL cholestérol, HDL cholestérol, triglycérides, eGFR, microalbuminurie).

Collaboration multidisciplinaire, éducation, conseils sur l’activité physique

Dans une phase ultérieure (sans doute à partir de 2017), le médecin généraliste / la pratique de médecins généralistes devra s’engager à :

  • échanger des données dans le cadre d’une collaboration multidisciplinaire
  • donner à ses patients un accès à l’éducation et des conseils sur l’activité physique.

Que devient le passeport diabète ?

À partir du 1er février 2016, le passeport diabète disparait. Le médecin généraliste ne peut donc plus, partir de cette date, introduire de passeport diabète pour ces patients.

Période transitoire

Les patients qui bénéficiaient d’un passeport diabète avant le 1er février 2016  peuvent continuer à l’utiliser jusqu’au 31 décembre 2017.

Que devient le remboursement des prestations de diététique et de podologie ?

Les patients qui bénéficient du modèle de soins ‘Suivi d’un patient diabétique de type 2’ ont droit au remboursement de certains prestations de diététique et de podologie sur prescription du médecin généraliste.

Il s’agit de la prestation : évaluation diététique individuelle et/ou intervention (numéro de nomenclature 771131), maximum 2 fois par an.

Il s’agit de la prestation : examen podologique individuel ou soins podologiques (numéro de nomenclature 771153)  pour des patients appartenant à un groupe à risque, maximum 2 fois par an.

Plus d'informations

Contacts

 

Dernière mise à jour 07 février 2017