Séminaire INAMI - L’incapacité de travail plutôt que le retour à l’emploi - Conséquences inattendues du contrôle de la disponibilité des chômeurs et des efforts de recherche d’emploi en Belgique

Date
Du 24 avril 2019 (09:30) au 24 avril 2019 (11:30)
Localisation
INAMI - Salles Van Eyck , Avenue de Tervueren 211, 1150 Bruxelles
Inscription
Par e-mail à
Secr-uitk-dirgen@riziv-inami.fgov.be


Le 24 avril 2019, ce séminaire présentera l’étude sur les rapports entre le contrôle de la disponibilité des chômeurs et l’incapacité de travail. Nous avions confié cette étude au Département d’économie appliquée de l’ULB (Dulbea).

Ce séminaire s’adresse aux organismes assureurs, aux organisations représentative des employeurs et des travailleurs salariés, et aux universités.

L’incapacité de travail plutôt que le retour à l’emploi

En Belgique, le taux d’invalidité n’a cessé d’augmenter ces 15 dernières années et s’élevait en 2016 à 8,9 %. Cette tendance à la hausse est observée dans de nombreux pays de l’OCDE (dont la France, les États-Unis et la Norvège), mais les mécanismes qui en sont la cause restent mal connus.

Octave De Brouwer, Elisabeth Leduc et Ilan Tojerow (Dulbea), ULB et Solvay Business School) présentent leur étude réalisée à notre demande :

« Dans cet article, nous explorons le rôle que pourrait jouer le contrôle accru de la recherche d’emploi dans le système d’assurance-chômage, dans l’augmentation du flux d’entrée en l’incapacité de travail. En particulier, nous étudions l’effet de la mise en place d’un programme de contrôle du comportement de recherche d’emploi, entré en vigueur dans les années 2000 pour les chômeurs de longue durée, sur la probabilité d’entrée en incapacité.
« Pour estimer l’effet causal de ce programme, notre stratégie d’identification exploite le fait que seuls les chômeurs de moins de 50 ans furent soumis à la procédure de contrôle entre 2006 et 2013. Nous utilisons donc une méthode de régression par discontinuité (RD) qui consiste à estimer la discontinuité du taux d’entrée en incapacité lors du passage de l’âge de 50 ans chez les demandeurs d’emploi de longue durée ». 

Les conséquences inattendues du contrôle de la disponibilité et des efforts de recherche d’emploi

Ces résultats indiquent que le contrôle de la recherche d’emploi peut avoir des effets néfastes sur les chômeurs, entrainant la sortie d’une partie d’entre eux du marché du travail et provoquant un basculement des dépenses publiques de l’assurance-chômage vers l’assurance maladie-invalidité.

Plus d'informations

Contacts

Dernière mise à jour 01 avril 2019