Prescription électronique de médicaments : bien lancée mais pas encore obligatoire au 1er juin 2018

Fin avril 2018, environ 15.000 prescripteurs avaient déjà exploité la possibilité de prescrire électroniquement, ce qui représente pas moins de 3,5 millions de prescriptions. Une évolution positive donc.
En décembre 2017, le Comité de l’assurance avait donné le feu vert pour rendre obligatoire la prescription électronique de médicaments aux patients en ambulatoire à partir du 1er juin 2018 (sauf pour les visites à domicile et certaines tranches d’âges de prescripteurs).


Procédure nécessaire pour rendre la prescription électronique obligatoire

Le Conseil d’État a formulé un avis sur le projet de loi qui introduit l’obligation de la prescription électronique. La discussion finale sur ce projet de loi peut maintenant avoir lieu au niveau de la Chambre, suivie de la publication au Moniteur belge. Un arrêté d’exécution confirmera finalement la date de l’entrée en vigueur et les exceptions.

Ceci signifie que l’obligation légale n’est donc pas encore d’application à partir du 1er juin 2018, date initialement prévue par le Comité de l’assurance.

Évolution positive grâce à la collaboration de nombreuses partenaires

Beaucoup de prescripteurs ont déjà opté pour la prescription électronique, et leur nombre augmente chaque mois. Par le biais du projet Recip-e, de la plate-forme eHealth, des fournisseurs de logiciels, des associations professionnelles de prescripteurs et de pharmaciens, et des responsables en formation : tout a été et continue d’être mis en œuvre pour que la prescription électronique démarre dans de bonnes conditions.

Contacts