Médicaments antiviraux contre le virus de l’hépatite C: assouplissement des conditions de remboursement au 1er janvier 2017

Le 1er janvier 2017, les conditions s’assouplissent pour obtenir le remboursement des médicaments antiviraux contre le virus de l’hépatite C : davantage de patients pris en compte, davantage de médecins qualifiés pour demander le remboursement et 2 nouveaux médicaments remboursés.


De quels médicaments s’agit-il ?

Il s’agit des antiviraux contre le virus de l’hépatite C que rembourse l’assurance obligatoire soins de santé :

  • les spécialités DAKLINZA®, EXVIERA®, HARVONI®, OLYSIO®, SOVALDI® et VIEKIRAX®
  • 2 nouvelles spécialités remboursées à partir du 1er janvier 2017 : EPCLUSA® et ZEPATIER®.

Pourquoi ces changements ?

L’objectif était de permettre à un plus grand nombre de patients de bénéficier d’un traitement contre l’hépatite C. Un bénéfice tant pour ces patients que pour la santé publique en général.

Cette décision se base sur les recommandations d’associations scientifiques.

Qu’est-ce qui change ?

L’assurance soins de santé continue de rembourser les antiviraux contre l’hépatite C via le chapitre IV. Mais à partir du 1er janvier, les conditions deviennent plus souples pour avoir droit à ce remboursement. Cet assouplissement se fait à plusieurs niveaux.

  • Davantage de patients ayant droit au remboursement. Le remboursement s’élargit en effet :
    • à un plus grand nombre de génotypes : Le remboursement est désormais autorisé pour l’ensemble des génotypes mentionnés dans la notice du médicament antiviral.

    • aux patients présentant un stade d’endommagement hépatique inférieur : Avant le 1er janvier 2017, seul un patient présentant un degré avancé de cicatrisation hépatique (attesté via le score F3 ou F4 de fibrose hépatique selon la classification METAVIR) pouvait être remboursé.  Désormais, c’est aussi le cas pour un patient présentant un degré intermédiaire de cicatrisation hépatique (score de fibrose hépatique F2 selon la classification METAVIR).

    • à de nouveaux groupes de patients présentant un facteur de risque (ex : co-infection hépatite C/HIV, co-infection hépatite C/hépatite B, transplantation d’organe). Ceci indépendamment du stade de fibrose hépatique présenté.

  • Davantage de médecins prescripteurs qualifiés pour demander le remboursement :

Avant le 1er  janvier 2017, seul un médecin spécialiste en gastro-entérologie ou médecine interne et attaché à un Centre Universitaire pouvait demander le remboursement (pour autant que son numéro d’identification INAMI se termine par 580, 588, 650, 651, 659 ou 987). Désormais, un médecin spécialiste en gastro-entérologie ou médecine interne et attaché à un autre hôpital peut aussi demander ce remboursement (pour autant que son numéro d’identification INAMI se termine par 650, 651 ou 659).

  • Davantage de médicaments contre l’hépatite C remboursés : 2 nouveaux médicaments pris en compte pour le remboursement par l’assurance soins de santé.

Ce qui change pour le médecin spécialiste lors de sa demande de remboursement

La procédure pour demander le remboursement d’un antiviral contre l’hépatite C ne change pas : il s’agit toujours d’un remboursement électronique via la plateforme eHealth.

Voici ce qui change au 1er janvier 2017 :

  • En demandant le remboursement, vous vous engagez à compléter un registre de suivi des patients traités, avec mesure d’absence de virus 12 semaines après la fin du traitement, ainsi qu’après 1 an. Nous vous informerons davantage à ce sujet ultérieurement.

  • Pour demander le remboursement, vous devrez disposer d’une preuve de formation continue en hépatologie d’au moins 15 points CME par an.

Contacts

 

Dernière mise à jour 24 mars 2017