Antispasmodiques urinaires contre la vessie hyperactive : remboursement au 1er mai 2017

Le 1er mai 2017, les conditions de remboursement changent pour les antispasmodiques urinaires utilisés pour traiter le syndrome de vessie hyperactive. Elles s’adaptent en fonction du type de médicament et de l’indication.


De quels médicaments s’agit-il ?

Il s’agit des médicaments :

  • à base d’oxybutynine utilisés en 1re ligne, remboursés selon les indications soit au chapitre I (catégorie de remboursement Cx), soit au chapitre IV (catégorie de remboursement B).

  • à base de flavoxate, toltérodine, solifénacine, darifénacine et fésotérodine utilisés en 2e ligne après une réponse insuffisante ou des effets secondaires inacceptables liés au traitement à base d’oxybutynine (catégorie de remboursement B).

Quelles sont les conditions qui changent ?

L’assurance soins de santé continue de rembourser ces médicaments. Mais à partir du 1er mai 2017, les conditions de ce remboursement changent suivant le type de médicament et selon l’indication.

  • Médicaments à base d’oxybutynine pour traiter une « instabilité vésicale chronique chez l’adulte, de type fonctionnelle sans lésion neurologique sous-jacente » : ils passent du chapitre IV au chapitre I de la liste des spécialités remboursables (en catégorie de remboursement Cx). Désormais, l’assurance soins de santé les rembourse donc sur base de la seule prescription du médecin (via le chapitre I). Une autorisation préalable du médecin conseil de la mutualité n’est plus nécessaire.

  • Médicaments base d’oxybutynine dans les autres indications remboursables : les conditions de remboursement ne changent pas.

  • Médicaments à base de flavoxate : désormais ils sont uniquement remboursés au chapitre IV (en catégorie B). Une autorisation préalable du médecin conseil de la mutualité est donc désormais nécessaire pour qu’ils soient remboursés.

  • Médicaments à base de toltérodine, solifénacine, darifénacine et fésotérodine : les  conditions de remboursement ne changent pas.

Pour tous ces médicaments, les autorisations de remboursement deviennent illimitées.

Quelles conséquences pour vous, en tant que patient ?

Pour les médicaments à base d’oxybutynine

  • Si vous êtes adulte et souffrez d’instabilité vésicale chronique de type fonctionnelle sans lésion neurologique sous-jacente, vous ne devez plus demander d’autorisation au médecin conseil de votre mutualité. Désormais, l’assurance soins de santé vous rembourse votre médicament sur base de la seule prescription de votre médecin. Le remboursement diminue légèrement, vous payez donc votre médicament légèrement plus cher.

  • Si vous prenez un médicament à base d’oxybutynine pour une autre indication remboursable (au chapitre IV), les conditions de remboursement et ce que vous payez vous-même ne changent pas.

Pour les médicaments utilisés en 2e ligne

  • Pour pouvoir continuer à obtenir le remboursement d’un médicament à base de flavoxate, ou un autre médicament en 2e ligne après un traitement avec de l’oxybutynine, votre médecin doit désormais demander une autorisation au médecin conseil de votre mutualité.

  • Pour les médicaments à base de flavoxate, le remboursement par l’assurance soins de santé augmente, vous payez donc votre médicament moins cher.

  • Pour les autres médicaments utilisés en 2e ligne, la part restant à votre charge ne change pas.

Si vous devez obtenir une autorisation de remboursement du médecin conseil de votre mutualité, la durée de cette autorisation est désormais illimitée.

Quelles conséquences pour vous, en tant que médecin ?

Pour les médicaments à base d’oxybutynine

  • Vous ne devez plus compléter de formulaire de demande d’autorisation pour les patients atteints d’instabilité vésicale chronique chez l’adulte, de type fonctionnelle sans lésion neurologique sous-jacente.

  • Pour les autres indications remboursable, rien ne change.

Pour les médicaments utilisés en 2e ligne

Désormais, les autorisations de remboursement pour ces médicaments délivrées au patient par le médecin conseil ont une durée illimitée.

Pourquoi ce changement ?

Ce changement fait partie des mesures d’économie dans les soins de santé décidées par la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique.

Dans le cadre de la simplification administrative, le but est aussi d’harmoniser les conditions de remboursement des antispasmodiques urinaires utilisés pour traiter le syndrome de vessie hyperactive.

Contacts

 

Dernière mise à jour 24 avril 2017