Statistiques sur l’incapacité de travail primaire des travailleurs salariés et chômeurs en 2014

Ces statistiques concernent les travailleurs salariés du secteur privé et les chômeurs (régime général des indemnités) qui sont en incapacité de travail depuis moins d’1 an (période d'« incapacité primaire »). Lorsqu’une personne est toujours reconnue en incapacité de travail après 1 an, elle entre en période d’« invalidité ». Les chiffres de cette page ne reprennent pas ces personnes reconnues invalides.

 

Nombre de titulaires indemnisables primaires

L'effectif des titulaires indemnisables primaires (TIP) se compose de la population des titulaires assurés en cas d'incapacité de travail, déduction faite des invalides. Concrètement, il s’agit des travailleurs salariés actifs, des chômeurs, des travailleurs en période de salaire garanti et des titulaires reconnus en incapacité primaire.

Toute augmentation de cette population est susceptible d’entraîner une hausse du nombre de cas d’incapacité primaire et du nombre de titulaires reconnus invalides.

Analyser le nombre de titulaires indemnisables primaires peut s’avérer important pour expliquer des évolutions dans les statistiques propres à l’incapacité primaire ou à l’invalidité.

Entre 2010 et 2014, la population assurée augmente de 1,21 %. L'augmentation est de 1,85 % chez les femmes et de 0,62 % chez les hommes.
Le taux de croissance est environ 3 fois plus élevé chez les femmes que chez les hommes. Cette tendance peut notamment s'expliquer par des facteurs tels que :

  • le taux de participation croissant des femmes sur le marché du travail
  • le vieillissement de la population.

Nombre de salariés et chômeurs en incapacité de travail primaire - Évolution 2010-2014 et ventilation par état social, par sexe, par âge

Nombre de jours d’incapacité primaire, montants indemnisés et indemnité journalière moyenne

Jours et montants indemnisés

Le nombre de jours et les montants indemnisés sont plus élevés chez les ouvriers que chez les employés. 2 facteurs peuvent expliquer cette tendance :

  • la durée de la période de salaire garanti : cette période est plus courte pour les ouvriers (2 semaines calendrier) que pour les employés (30 jours). Les ouvriers sont donc plus rapidement à charge de l'assurance indemnité.
  • la nature du travail : les ouvriers effectuent généralement des tâches plus lourdes et plus dangereuses que les employés. Ils s’exposent à plus de risques de blessures ou d'accidents entraînant une période d'incapacité de travail.

En 2014, pour les ouvriers, 34,73 % du total des jours sont indemnisés à des hommes et 33,29 % à des femmes. Pour les employés, les pourcentages sont de 8,28 % pour les hommes et 23,70 % pour les femmes. De 2010 à 2014, la croissance la plus importante touche les employées (+ 25,93 %).

Indemnité journalière moyenne

La faiblesse de l’augmentation de l'indemnité journalière moyenne entre 2013 et 2014 (+0,78 %) s’explique principalement par l’absence d’adaptation des prestations sociales à l’indice santé (indexations) dans le courant de l’année et par le fait que le gouvernement n’ait pris aucune mesure en 2014 pour revaloriser le montant des prestations octroyées en incapacité primaire.
Seule la légère progression des salaires dans le courant de 2014 pourrait expliquer cette augmentation. Les montants des indemnités sont en effet calculés sur base d’un pourcentage du montant de la rémunération ou de l’allocation de chômage du titulaire, déterminé au début de la période d’incapacité.

Nombre de jours et montants des indemnités en incapacité primaire- Évolution et ventilation par état social et par sexe

Nombre de cas de maladie indemnisés

Pour bien comprendre les chiffres de ces tableaux et graphiques :

  • Ces chiffres ne comprennent que les cas de maladie dont l'incapacité de travail s'est terminée au cours de chacune des années examinées (2010 à 2014).
  • Ces chiffres ne comprennent pas les cas dont la durée d'incapacité ne dépasse pas la période de salaire garanti (14 jours pour les ouvriers et 30 jours pour les employés) et qui ne sont donc pas indemnisés par l'assurance indemnités. Par contre, si l'incapacité se prolonge au delà de la période de salaire garanti, le cas est enregistré pour la durée totale de l'incapacité.
  • Les cas dont la durée est inférieure à 15 jours concernent surtout des chômeurs qui tombent directement à charge de l'assurance indemnités.
  • La période de 338 à 365 jours reprend notamment les cas de maladie qui atteignent 1 an d'incapacité et qui entreront probablement en invalidité.

Dans 25,63 % des cas, l’incapacité de travail dure entre 15 et 42 jours.
Dans 17,44 % des cas, elle dure entre 43 et 70 jours.
Au-delà, le nombre de cas diminue progressivement au fur et à mesure que la durée d’incapacité augmente. Excepté pour la dernière durée d’incapacité : dans 14,11 % des cas, l’incapacité dure entre  de 338 à 365 jours. Il s’agit de personnes dont la durée d’incapacité atteint 1 an et qui entreront probablement dans leur 2e année d'incapacité, c'est-à-dire en invalidité.

Nombre de cas de maladies indemnisés en incapacité primaire - Évolution, ventilation et moyennes

Contacts