Statistiques sur l’invalidité des travailleurs salariés et chômeurs en 2014

Ces statistiques concernent les travailleurs salariés du secteur privé et les chômeurs (régime général des indemnités) qui sont en incapacité de travail depuis plus d’1 an (« période d’invalidité ») et qui sont reconnus invalides par notre Conseil médical de l'invalidité.

 

Nombre d’invalides

Entre 2010 et 2014, le nombre d’invalides augmente et en particulier pour les titulaires féminines. L’augmentation moyenne annuelle est de 7,78 % pour les employées et de 6,90 % pour les ouvrières, contre 3,96 % pour les employés et 3,87 % chez les ouvriers. Cette évolution peut s'expliquer par des facteurs tels que :

  • le relèvement de l'âge de la pension des femmes
    L'âge de la pension des femmes a été progressivement aligné sur celui des hommes et l'égalité a été atteinte en 2009. Cette mesure implique notamment que les femmes peuvent rester plus longtemps en invalidité ou entrer à un âge plus avancé en invalidité.
  • le taux de participation croissant des femmes sur le marché du travail
    Au cours des dernières années, on a pu constater que le taux de participation des femmes sur le marché du travail a fortement augmenté y compris dans les tranches d'âges plus élevées. La société évolue de plus en plus vers un modèle de ménage à double revenu où aussi bien l'homme que la femme prend part à la vie active. Le nombre de titulaires assujettis à l'assurance indemnité (et donc susceptibles d'entrer en incapacité de travail) augmente.
  • le vieillissement de la population
    Le vieillissement de la population belge est un fait. En analysant l'évolution de cette population par tranche d'âges, on constate que le nombre de personnes reprises dans la tranche 50-59 ans augmente, tandis qu’il tend à diminuer dans les tranches d'âges plus jeunes. Comme l'incapacité de travail est un phénomène qui croît avec l'âge, l'augmentation du nombre de personnes âgées engendre une augmentation des cas d'incapacité primaire et d'invalidité.
  • de nouvelles pathologies
    Des glissements importants s’opèrent dans les pathologies qui entraînent une invalidité.
    Grâce notamment au progrès de la médecine, certaines maladies peuvent être correctement traitées. C’est le cas des maladies cardiovasculaires (groupe 7).
    Par contre, le nombre d’invalides souffrant de troubles psychiques (groupe 5) et de maladies du système ostéo-articulaire, des muscles et du tissu conjonctif (groupe 13) augmente considérablement. À ce sujet, on peut se référer au fait que de plus en plus d'analyses soulignent le lien entre stress, conditions de travail, manque d'intérêt pour le travail d'une part, et incapacité de travail d'autre part. L'impact de l'environnement de travail sur le retour au travail est très important. Les relations avec les collègues, la hiérarchie et l'ambiance au travail en général, sont déterminants dans la motivation d'une personne en incapacité de travail à reprendre ou non d'une activité à temps partiel.

Des études complémentaires en matière d'incapacité de travail permettront de mieux cerner les phénomènes à l'origine de l'incapacité de travail. Le centre d’expertise mis en place dans le secteur des indemnités a pour but d'améliorer la connaissance de l'incapacité de travail et de développer des instruments de soutien à l'autorité et, en collaboration avec le service, de construire une plus large expertise des divers domaines de l'incapacité de travail. Sur base de cette meilleure compréhension, le rôle de soutien de l'autorité pourra à l'avenir être renforcé.

La ventilation du nombre d’invalides selon la composition de famille montre que les hommes invalides sont répartis équitablement entre les 3 catégories : « avec charge de famille », « isolés » et « cohabitants ». Par contre, une majorité des femmes invalides (56,79 %) reçoivent une indemnité de cohabitantes.

Nombre de salariés et chômeurs en invalidité - Évolution 2010-2014 et ventilation par état social, par sexe, par âge

Nombre de jours d’invalidité, montants indemnisés et indemnité journalière moyenne

Le nombre de jours indemnisés en invalidité augmente constamment ces dernières années. Cette tendance peut notamment s'expliquer par l’évolution à la hausse de l’effectif des invalides.

La faiblesse de l’augmentation de l'indemnité moyenne entre 2013 et 2014 (+0,31 %) s’explique principalement par l’absence d’adaptation des prestations sociales et du nombre très limité de mesures gouvernementales prises en 2014 pour revaloriser le montant des prestations. Une seule mesure de revalorisation des indemnités d’invalidité a lieu en 2014 et concerne la revalorisation au 1er septembre 2014 de 2 % (minima exclus) des indemnités des titulaires dont l’incapacité de travail a débuté entre le 1er janvier 2008 et le 31 décembre 2008 (6 ans d'incapacité).

Nombre de jours d’invalidité, dépenses en invalidité et indemnités moyennes

Contacts