Déclarer son incapacité de travail et en obtenir la reconnaissance comme travailleur indépendant

Vous êtes indépendant et vous êtes en incapacité de travail ? Déclarez votre incapacité de travail à temps auprès de votre mutualité. Vous pouvez avoir droit à une indemnité si le médecin-conseil de votre mutualité reconnaît votre incapacité de travail.

Comment déclarer votre incapacité de travail ?

  1. Complétez le certificat d’incapacité de travail en concertation avec votre médecin traitant. Si nécessaire, demandez ce certificat à votre mutualité ou téléchargez-le à partir de leur site web. Attention : À partir du 1er janvier 2016, vous devez utiliser un nouveau modèle de certificat.
  2. Transmettez ce certificat au médecin-conseil de votre mutualité :
    • envoyez-le par la poste 
      ou
    • déposez-le à la mutualité : dans ce cas, vous recevrez un récépissé.

Attention :
Vous habitez ou résidez en Belgique mais vous êtes assujetti à une assurance indemnités étrangère ? Dans ce cas, suivez la procédure décrite sur le site web Coming2Belgium.

Quand déclarer votre incapacité de travail ?

Au début de votre incapacité de travail, vous disposez de 14 jours civils pour la déclarer (1er jour d’incapacité de travail non inclus).

Exemple :
Votre incapacité de travail commence le 10 janvier. Dans ce cas, vous devez déclarer cette incapacité au plus tard le 24 janvier.

Attention

  • Tant que vous êtes hospitalisé, vous ne devez pas déclarer votre incapacité de travail. Mais faites-le immédiatement après votre sortie de l’hôpital.
  • Si le dernier jour pour faire votre déclaration tombe un samedi, un dimanche ou un jour férié légal, vous avez le temps jusqu’au 1er jour ouvrable qui suit. Exemple : Vous tombez en incapacité de travail le 7 janvier 2018. Normalement, vous devriez la déclarer pour le 21 janvier 2018 au plus tard. Comme le 21 janvier 2018 est un dimanche, vous avez le temps jusqu’au 1er jour ouvrable qui suit, à savoir le 22 janvier 2018.
  • Si vous recommencez à travailler après une période d’incapacité de travail et que vous retombez en incapacité dans les 14 jours qui suivent, nous vous recommandons de déclarer cette nouvelle incapacité dans les 2 jours.

Si vous déclarer trop tard votre incapacité, les indemnités auxquelles vous avez éventuellement droit sont réduites ! Vous perdez alors 10 % par jour, depuis le jour où vous avez droit à l’indemnité jusqu’au jour de la déclaration inclus.

Exemple :
Votre incapacité de travail commence le 9 janvier 2018. Vous devez donc la déclarer pour le 23 janvier 2018 au plus tard, mais vous ne la déclarez que le 2 février 2018 : du 23 janvier 2018 (les 14 premiers jours d’incapacité de travail ne sont pas indemnisés) au 2 février 2018 inclus, vous perdez 10 % par jour. Si vous aviez eu droit à 50 EUR par jour, vous auriez donc perdu 5 EUR par jour (perte totale de 55 EUR pour 11 jours indemnisables).

Néanmoins, dans certains cas, votre mutualité peut décider de ne pas diminuer votre indemnité. Dans ce cas, elle tient compte de ces 2 situations potentielles :

  • Vos indemnité diminue-t-elle d’au moins 25 EUR au total pour toute la période ?
    et
  • Y a-t-il force majeure ou les revenus de votre ménage sont-ils faibles ?

Quand avez-vous droit à une indemnité d’incapacité de travail ?

Même si vous êtes indépendant et que vous avez déclaré votre incapacité de travail, cela ne signifie pas automatiquement que vous avez droit à une indemnité.

Vous avez droit à une indemnité :

  • si vous répondez aux conditions fixées en matière de stage : vous devez d’abord accomplir un stage d’attentede 6 mois et payer vos cotisations sociales pour 2 trimestres. Pendant ces 6 mois, vous ne pouvez pas être en incapacité de travail
    ET 
  • si vous êtes reconnu incapable de travailler : ceci n’est possible que si vous avez cessé toute activité pour raisons de santé.

Si vous avez droit à une indemnité, celle-ci ne vous est versée qu’à partir du 15e jour de votre incapacité de travail.

Qui détermine la durée de votre incapacité de travail ?

Lorsqu’il remplira votre certificat d’incapacité de travail, votre médecin traitant précisera une date de début et une date de fin pour votre incapacité de travail.

Le médecin-conseil de votre mutualité pourra alors :

  • soit accepter les dates proposées par votre médecin traitant sur le certificat.
    Dans ce cas, vous recevrez une confirmation écrite.
  • soit accepter la date de début d’incapacité et vous convoquer pour un examen médical. Sur base de cet examen, il déterminera la date de fin de votre incapacité de travail. Dans ce cas, 2 situations sont possibles :
    • Le médecin-conseil de votre mutualité confirmera la date de fin indiquée par votre médecin traitant.
    • Le médecin-conseil déterminera une date de fin antérieur et raccourcira ainsi la période de votre incapacité de travail.

Qui prolonge ou met un terme à votre incapacité de travail ?

Être reconnu ne signifie pas rester reconnu.

La décision du médecin-conseil quant à la reconnaissance de votre incapacité de travail n’est pas un aboutissement.

  • Au cours de la 1re année de votre incapacité de travail (la période d’incapacité de travail primaire), le médecin-conseil assure le suivi de votre dossier. Il peut prolonger votre incapacité de travail ou y mettre un terme.

  • Après la 1re année d’incapacité de travail (la période d’invalidité), il existe 2 possibilités :
    • Le médecin-conseil de votre mutualité peut :
    • Le Conseil médical de l’invalidité peut :
      • prolonger votre incapacité de travail sur proposition du médecin-conseil
      • mettre un terme à votre incapacité de travail.

Attention

Pour continuer à être reconnu en incapacité de travail au cours de la période d’invalidité, vous ne pouvez pas non plus être apte à exercer un autre métier que celui exercé précédemment.

Votre état social, votre état de santé et votre formation professionnelle déterminent entre autres si vous êtes encore en mesure d’effectuer un autre travail ou non.

Contacts

 

Dernière mise à jour 21 décembre 2017