SIDA : intervention dans les coûts pour le suivi dans un centre spécialisé

Des centres spécialisés (centres de référence) peuvent suivre des patients porteurs du VIH, atteints du SIDA ou les enfants séronégatifs nés de mère séropositive. Ces centres peuvent aussi mettre en place un programme de suivi pour les bénéficiaires sous traitement prophylactique pré-exposition (PrEp).
L’assurance soins de santé (via la mutualité) peut intervenir financièrement dans ce suivi.


A qui s’adressent ces centres spécialisés ?

Ces centres spécialisés s’adressent aux :

  • personnes enceintes porteuses du VIH ou les personnes enceintes atteintes du SIDA
  • nourrissons qui ont été exposés in utero à des traitements antirétroviraux qui en sont toujours au stade de l'incertitude diagnostique ainsi que leurs parents
  • porteurs VIH faisant partie d'un des groupes suivants :
    • les bénéficiaires au sujet desquels le diagnostic vient d'être posé
    • les bénéficiaires chez qui l'observance de la thérapie est menacée
    • les bénéficiaires qui présentent un risque de causer - soit à eux-mêmes soit à des tiers - des dommages (évitables) ou qui présentent un risque de décompensation psychiatrique
    • les bénéficiaires confrontés à un problème scolaire, professionnel, familial ou affectif en rapport avec leur séropositivité
    • les toxicomanes
  • bénéficiaires atteints du SIDA
  • enfants séronégatifs de moins de 4 ans qui ont été exposés in utero à des traitements antirétroviraux pour lesquels demeure toujours une inconnue quant aux effets secondaires éventuels liés à ces traitements
  • bénéficiaires porteurs du VIH ou atteints du SIDA depuis plus de 10 ans qui, entre temps, sont âgés de 50 ans ou plus et qui présentent des comorbidités liées à la maladie même et aux effets secondaires de la prise de médicaments contre le VIH/SIDA pendant une très longue période ; bénéficiaires dits « Long-term survivor ».

Ces centres spécialisés peuvent aussi mettre en place un programme de suivi pour les patients sous traitement prophylactique pré-exposition. Vous ne pouvez bénéficier de ce suivi que lorsque le médecin-conseil de votre mutualité a donné un accord pour le remboursement de ce traitement.

Que proposent ces centres spécialisés ?

Les centres spécialisés ont pour but (avec votre collaboration) de vous amener ou vous maintenir dans un état optimal tant sur le plan médical que psychique, familial, scolaire ou socio-professionnel. Pour arriver à cet état, le centre spécialisé tiendra compte de vos besoins.

Si vous intégrez un programme de suivi pour les bénéficiaires sous traitement prophylactique pré-exposition , le centre spécialisé :

  • vous informera et de vous motivera à propos de l’utilisation correcte de ce traitement, des infections sexuellement transmissibles (IST) et des recommandations générales de prévention
  • suivra votre évolution quant à l’apparition des IST grâce à un dépistage systématique des IST tout au long du programme, quant à l’observance au traitement et à l’apparition d’éventuels effets secondaires indésirables liés au traitement
  • fera le point sur l’efficacité du traitement.

Il dispose, pour ce faire, d’une équipe composée de psychologue, de diététicien, de sexologue, d'infirmier, d’assistant social ou d’infirmier social. Cette équipe est placée sous la direction d’un médecin.

Que devez-vous faire pour être suivi dans un centre spécialisé ?


Adressez-vous à un centre qui figure dans la liste des centres spécialisés conventionnés avec l’INAMI.


Que doit faire le centre spécialisé pour vous suivre ?


Le centre doit :

Si votre mutualité marque son accord, le centre spécialisé peut assurer votre suivi.

Si vous intégrez le programme de suivi pour les bénéficiaires sous traitement prophylactique pré-exposition, le centre ne doit pas introduire de formulaire spécifique à votre mutualité. Toutefois, il s’assurera que le médecin-conseil de votre mutualité a bien donné son accord dans le cadre du remboursement du traitement prophylactique pré-exposition.

Que payez-vous pour ce suivi ?


Pour le suivi par les disciplines suivantes : psychologue, sexologue, assistant social ou infirmier social ,diététicien et infirmier, vous payerez une fois par an votre part personnelle (appelée « ticket modérateur »). Vous ne payerez donc pas votre part pour chaque intervention distincte de chaque discipline. Le système du tiers payant est d’application. 
 
Pour les consultations chez le médecin du Centre spécialisé, vous payez par contre votre part, pour chaque consultation distincte.

Plus d'informations

Contacts

 

Dernière mise à jour 08 mars 2019