La télémédecine et les applications mobiles Health

Nous développons un cadre pour le remboursement de la télémédecine et des applications mobiles Health (mHealth). Vous trouverez sur cette page toutes les informations relatives à ce remboursement.


Quelle place pour mHealth dans le modèle de soins belge ?

Dans le cadre du point d’action 19 du Plan d’actions e-Santé 2015-2018, nous avons organisé un projet expérimental avec le SPF Santé publique, l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) et la plateforme eHealth : sur la base de 24 projets, nous avons vérifié comment intégrer les applications mHealth dans notre modèle de soins. Au vu des résultats de ce projet expérimental, nous avons élaboré une pyramide de validation permettant de placer mHealth dans le modèle de soins belge. Le niveau supérieur de cette pyramide de validation (M3) concerne le remboursement des applications mHealth. Nous élaborons actuellement le cadre réglementaire de ces remboursements.

REMBOURSEMENT DE KINÉSITHÉRAPIE RÉALISÉE À L’AIDE D’UNE APPLICATION MOBILE

Un remboursement de ce type est une première pour l’assurance soins de santé !
Une application mobile permet de soutenir à distance les patients et les dispensateurs de soins lors de la rééducation nécessaire suite au placement d’une prothèse totale primaire de la hanche ou du genou.

Dans une première phase qui commence le 1er octobre 2020, le remboursement est réservé aux patients participant à une étude clinique menée dans 15 hôpitaux. Cette étude comparera la rééducation fonctionnelle réalisée selon la méthode classique avec celle réalisée avec l’aide d’une application mobile.

L’INAMI rembourse la kinésithérapie réalisée à l’aide d’une application mobile - Communiqué de presse du 14.07.2020

Téléconsultation : une accélération considérable en raison du Covid-19

Suite aux directives mises en place pour lutter contre la propagation du coronavirus, nous avons d’abord créé des prestations pour les consultations téléphoniques, pour permettre aux médecins de « trier » et d'orienter les patients potentiellement affectés par le Covid-19 et pour assurer la continuité des soins de leurs patients en général.

Ensuite, dans une approche plus globale, nous avons ajouté des prestations de soins à distance pour plusieurs professions de santé : psychiatres, neuropédiatres, dentistes, kinésithérapeutes, logopèdes, sages-femmes, psychologues, ergothérapeutes, éducateurs en diabétologie.

Ceci a permis de recueillir des informations très utiles au cours de cette période. Nous avons pu tirer des leçons en termes de sécurité et de convivialité de diverses plateformes, d’expériences vécues par les citoyens et les médecins. Nous cernons mieux aussi dans quelles circonstances et sous quelles conditions ces consultations devraient de préférence avoir lieu, en vue de poursuivre ce modus operandi.

Avec notre collaboration, le KCE a publié un rapport scientifique sur l'impact des consultations vidéo sur la santé des patients atteints de maladies (somatiques) chroniques. Ce rapport analyse aussi la manière dont les pays voisins organisent ce type de consultations. Début juillet, nous avons lancé avec les mutualités une enquête d’envergure auprès des patients qui ont recouru à une consultation à distance au cours des derniers mois.

Sur base du rapport scientifique du KCE et des expériences vécues par les citoyens et les médecins, une concertation sera organisée dans les prochaines semaines avec tous les partenaires concernés pour évaluer si une réglementation durable peut voir le jour pour ces consultations à distance.

Dans cette perspective, nous devons prêter attention aux groupes cibles de patients et de dispensateurs de soins pour lesquels les consultations à distance s’avèrent les plus utiles. Nous devons aussi prendre en considération le cadre juridique et déontologique, les tarifs, la part à charge du patient, l’accessibilité et le respect de la vie privée des patients, les possibilités de partager électroniquement des données via les dossiers des patients. Notre objectif étant d’offrir la meilleure garantie de qualité possible pour les prestations de soins à distance.

Télé-expertise : Un projet pilote pour des avis dermatologiques à distance

Nous lançons un projet pilote pour évaluer une nouvelle méthode de télé-expertise. Ici, un médecin généraliste peut obtenir un avis à distance auprès d’un dermatologue sur une question clinique qui se pose lors de la prise en charge d’un de ses patients.

Plus d’informations sur ce projet pilote « télé-expertise en dermatologie »

Cadre juridique et administratif – Points de vue des différents acteurs concernés : workshop interactif du 21 juin 2019

Le vendredi 21 juin 2019, nous avons organisé un workshop interactif sur le thème de la télémédecine et des applications mHealth. Nous publierons également le compte-rendu de cette rencontre interactive sur cette page.

Les points suivants figuraient au programme de ce workshop.

Contacts

 

Dernière mise à jour 24 juillet 2020