Nomenclature de kinésithérapie : Adaptations

Voici des explications à propos de certaines adaptations de la nomenclature de kinésithérapie


Patients atteints d’infirmité motrice cérébrale : adaptation de la nomenclature à partir du 1er septembre 2019

Pour mieux répondre aux besoins spécifiques des patients atteints d’infirmité motrice cérébrale, tant avant qu’après leur 21e anniversaire, les conditions de remboursement sont adaptées pour leurs séances spécifiques de kinésithérapie d’une durée de 60 minutes minimum.

À partir du 1er septembre 2019, ces séances seront possibles après le 21e anniversaire du patient. La fréquence et le nombre de séances dépendront de l’âge et du degré d’infirmité motrice cérébrale du patient. Ces critères et règles d’applications sont décrits dans la nomenclature, art. 7, §11, 4e alinéa.

Les techniques invasives telles que le dry-needling ne sont pas remboursées

L’acupuncture était déjà explicitement exclue du remboursement de l’assurance obligatoire soins de santé. La nomenclature précise maintenant que l’assurance ne rembourse pas non plus les autres techniques invasives telles que le dry-needling.

Introduction d’une deuxième grande séance journalière de kinésithérapie en soins intensifs, à partir du 1er octobre 2017

Qu’est ce qui change ?

A partir du 1er octobre 2017 les patients admis en soins intensifs peuvent bénéficier d’une deuxième grande séance journalière de kinésithérapie.

Dans quel cas pouvez vous attester cette prestation ?

Cette deuxième grande séance journalière (code de nomenclature 564701), d’une durée globale moyenne de 30 minutes, en soins intensifs peut être attestée sur base d’une prescription qui doit mentionner la nécessité d’effectuer cette deuxième grande séance pendant une durée globale moyenne de 30 minutes. La deuxième petite séance journalière (code de nomenclature 561540), d’une durée globale moyenne de 15 minutes, en soins intensifs peut encore être attestée mais les deux prestations ne peuvent pas être cumulées le même jour.


Kinésithérapie pour les patients atteints de syndrome de fatigue chronique ou de fibromyalgie

La nomenclature de kinésithérapie avait été adaptée au 1er janvier 2017 (A.R. du 17.10.2016) : les patients atteints du syndrome de fatigue chronique ou de fibromyalgie bénéficiaient d’un maximum de 18 séances d’une durée moyenne de 45 minutes sur une période d’un an, en lieu et place d’un traitement de 60 séances remboursées au meilleur tarif.

Le Conseil d’État a annulé ces conditions, avec effet rétroactif au 1er janvier 2017.

Remboursement pour les patients atteints du syndrome de fatigue chronique ou de fibromyalgie

Plus d'informations

Contacts

 

Dernière mise à jour 20 décembre 2019